L’UNESCO appelle les gouvernements à mettre fin aux déplacements des populations

Des déplacés fuyant les affrontements entre FARDC et M23 tentent de trouver refuge dans la ville de Goma (Dimanche 18 novembre 2012)

A l’occasion de la Journée internationale des droits de l’homme, célébrée ce samedi 10 décembre, la directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a appelé les dirigeants du monde à mettre fin aux déplacements de populations. Elle déplore que des millions d’hommes et de femmes quittent leurs habitations « en quête d’un avenir meilleur».Le thème choisi pour célébrer cette journée en 2016 est : «Défendez les droits de quelqu’un aujourd’hui».

Dans un message diffusé à l’occasion de la Journée des droits de l’homme, la directrice générale de l’UNESCO indique que cette commémoration constitue une occasion pour tous de renouer avec l’esprit de la longue lutte de l’humanité en faveur des droits et de la dignité.

Pour Irina Bokova, cette journée offre également l’opportunité de se mobiliser face aux défis anciens et nouveaux, constitués par la pauvreté et les inégalités, la violence, l’exclusion et la discrimination.

«Aujourd’hui, partout dans le monde, des millions de femmes et d’hommes abandonnent leurs maisons et risquent leur vie et celle de leur famille en quête d’un avenir meilleur», affirme la directrice générale de l’UNESCO.

Elle rappelle aussi que des déplacements des populations frappent les sociétés dans chaque région du monde. Selon elle, ce sont les plus pauvres et les plus marginalisés qui continuent de souffrir partout.

Elle qualifie cette situation d’«inacceptable» et appelle les gouvernements et la communauté internationale à agir.

«Que chacun de nous se lève pour défendre les droits d’autrui», lance-t-elle, estimant que c’est cela l’essentiel pour la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030, pour concrétiser la promesse de ne laisser personne pour compte.

Irina Bokova rappelle, par ailleurs, que l’UNESCO agit sur tous les plans pour doter chacun, homme ou femme, des moyens de défendre ses propres droits et ceux des autres.

«La pleine réalisation des droits de l’homme suppose l’accès de tous à l’éducation, le plus puissant moteur de développement humain, de respect et de tolérance», conclut la directrice générale de l’UNESCO.

A Kinshasa, le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme organise une cérémonie solennelle ce samedi à la  maison communale de la N’sele pour célébrer la Journée internationale des droits de l’homme.

Chaque année depuis 1950, le monde célèbre la Journée internationale des droits de l’homme le 10 décembre. La date a été choisie pour honorer l’adoption par l’Assemblée générale des Nations unies et de la proclamation le 10 décembre 1948 de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Leave a Reply