RDC : le dialogue reprend ce mardi après sa suspension tout le weekend

Des opposants, membres du Rassemblement, lors de l’ouverture du dialogue national inclusif à Kinshasa, le 08/12/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo.

Les travaux du dialogue national inclusif reprennent ce mardi au Centre Interdiocésain à Kinshasa. Ces discussions directes entre les signataires et non signataires de l’accord du 18 octobre vont traiter le fond de la crise politique à travers trois commissions thématiques, indique l’abbé Donatien Nshole, secrétaire général adjoint de la Commission épiscopale nationale du Congo(CENCO).

«On va se repartir en  trois commissions : une commission chargée de la gouvernance  d’institutions pendant la période après le 19 décembre, une commission qui traitera des questions relatives au processus électoral et une troisième commission qui s’occupera de la décrispation politique», annonce l’abbé Donatien Nshole.

Il fait aussi remarquer que le quota des participants reste le même: trente personnes. Il recommande à ceux qui veulent à tout prix participer au dialogue, dans son format réduit, d’envoyer des propositions auprès des participants.

« Nous continuons à dialoguer avec les uns et les autres, les appeler à la compréhension. Il y a une grande demande, des centaines des demandes. Ce n’est pas évident. On doit s’arrêter quelque part. Le plus important est que les idées passent. Ceux qui ne se retrouveraient pas physiquement auront donné leur contribution à ceux qui sont là », affirme le secrétaire général adjoint de la CENCO.

Ces travaux pourront se clôturer jeudi 15 décembre s’il n’y a pas de blocage, note l’abbé Donatien Nshole.

Les participants au dialogue inclusif avaient adopté vendredi 9 décembre un code de bonne conduite qui devrait guider leurs travaux. Les parties prenantes au dialogue national inclusif avaient suspendu les travaux le même jour pour permettre aux évêques de prendre part à la prise de possession canonique du vice-président de la CENCO, Mgr Fridolin Ambongo, nommé archevêque de Mbandaka. 

Leave a Reply